Des centaines de salariés main dans la main pour dénoncer ce qu’ils nomment « la faillite économique et sociale du Bassin de Thau »

A l’appel de la CGT, ils sont nombreux à être venus manifester dans les rues de Sète en ce glacial samedi 2 décembre au matin. Echauffé par leur colère conter le gouvernement mais surtout devant leur impuissance face à la fermeture en série de leurs usines et entreprises, les salariés des hôpitaux du bassin de Thau, les ouvriers de l’usine Saipol ou encore les cheminots se sont donnés la main pour crier leur désarroi. Le bassin de Thau, l’une des régions les plus pauvers de France, subit une fuite de l’emploi selon le secrétaire général de la CGT au niveau du département de l’Hérault : « Près de 145 000 personnes osnt inscrits à pôle emploi,et nous concentrons sur le bassin de Thau 10% des chômeurs avec des taux dépassant les 20% comme à Sète, Agde ou Frontignan ». ITW dans l’ordre : Bertrand Devantual Médecin urgentiste au centre hospitalier du bassin de Thau Veronique Mauroy Secrétaire de la CGT des Hôpitaux du bassin de Thau Arnaud Jean Secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Sète Serge Ragazzacci Secrétaire général de l’Union départementale CGT Sylvain Prunier représentant syndical Sud Solidaires usine Saipol Sète

Laisser un commentaire